Logo AB Bio

Le tour du monde dans votre tasse

Une civilisation se dévoile à nous à travers sa façon de boire du thé. Tout a commencé en Chine où le thé, relié à des pratiques philosophiques, s’est rapidement transformé en art, dans la peinture ou la musique. Le thé, comme valeur culturelle, s’est diffusé petit à petit dans le monde entier.

D’abord vers l’Ouest, en suivant l’itinéraire des caravaniers, le goût du thé s’adapta aux coutumes des différents pays. Les buveurs de thé de l’Asie occidentale ont ainsi en commun certains usages, comme celui du samovar qui se retrouve indissociable du thé à la russe mais aussi des Iraniens et des Afghans. D’ailleurs le mot thé dans ces pays commence par « ch » ou « tch » alors que l’Europe qui a connu le thé par les voies maritimes le nomme par un mot commençant par « T ».

 


La planète thé

Vers l’Est, ensuite, le thé s’est répandu au Japon et en Corée par le biais des pratiques spirituelles. La cérémonie du thé au Japon suit les principes de la philosophie zen. Le Japon et la Corée ont conservé des formes anciennes de boire du thé des Chinois. En effet, le thé matcha, thé vert en poudre, utilisé pour le Cha No Yu, était consommé de cette façon en Chine quand les Japonais ont découvert le thé.

A partir du 18ème siècle les Anglais ont érigé le thé en art de vivre aristocratique et codifié, bien que populaire. Le thé noir rythme la journée et accompagne tous les repas. Et les Français ? N’ayant pas adhérés à l’école anglaise, ils semblent plus ouverts et curieux de découvrir les différentes méthodes de préparer le thé. Plutôt créatifs, ils ont développé un goût spécifique pour les thés aromatisés.

Ces différentes façons de prendre le thé connaissent en vérité une infinité de variantes adaptées à chacun. C’est ce qui fait la richesse et la diversité du monde du thé.

 

L’invitation au voyage

Le thé est une boisson de tous les jours, partagée par des milliards d’hommes, préparée souvent de façon rudimentaire et pourtant, loin d’être banal, il offre une dimension magique ! Pourquoi ? Car, contrairement à d’autres boissons, le thé n’a jamais le même goût, ni la même saveur, ni la même force.

De tous les pays que j’ai pu visiter, j’ai découvert mille et une façons de boire le thé. Au travers du rituel de chaque peuple, j’ai compris que préparer et verser le thé était une relation aux autres et à la nature, le sens même que les hommes donnent à leur vie. 

Pour que vous puissiez expérimenter toutes ces sensations et retrouver des moments magiques, voici un aperçu des principales cérémonies du thé. Au travers de ce petit journal je vous invite à la découverte de ces pratiques qui, je l’espère, vous inspireront.

François Cambell

 

 

Chine, Russie, Maroc, Japon, Inde, Angleterre…

La planète thé offre au consommateur autant de façons de préparer le thé et autant de variétés de thés. Voici autant d’occasions de découvrir et de déguster de nouveaux thés aux saveurs originales.

 


Chine : Une recherche gustative

Les chinois maîtrisent plusieurs façons de préparer le thé, ils adaptent leur préparation à la variété du thé. De façon quotidienne, le thé vert est préparé dans un zhong, sorte de petit bol à couvercle. Les chinois se déplacent avec leur zhong pour pouvoir faire des infusions toute la journée.

 

L’art chinois du thé

Mais pour apprécier de grands thés (verts, Oolong ou Pu Erh), ils pratiquent le Gong Fu Cha, qui est l’art de la dégustation.

Chaque étape de la préparation et chaque accessoire a pour but de révéler le maximum de parfums. Plusieurs petites infusions sont dégustées au fur et à mesure. C’est une « liqueur » de thé qui est préparée pour concentrer les parfums. Chaque tasse révèle des saveurs différentes.

 

Le Gong Fu Cha :

C’est une méthode qui convient très bien au thé vert, Oolong et Pu Erh.

  • Verser l’eau chaude dans la théière et les tasses pour les chauffer,
  • Vider l’eau de la théière et mettre les feuilles de thé,
  • Verser l’eau chaude et vider tout de suite,
  • Remettre l’eau chaude et laisser infuser le temps préconisé.
  • Servir tout le contenu de la théière.
 
 

Le Zhong :

  • Déposer le thé au fond du zhong
  • Ajouter un peu d’eau froide
  • Ensuite verser l’eau chaude
  • Boire en retenant les feuilles de thé avec le couvercle.
  • Répéter les infusions tout au long de la journée.
 
 
 
 

Russie : Chaleur et convivialité

Le samovar constitue le pivot de la consommation du thé en Russie. Il fut inventé au début du 18ème siècle et se répandit avec la démocratisation du thé. L’eau dans le samovar est maintenue chaude toute la journée par le charbon de bois brûlant dans le foyer central.

 

 

Le thé à la russe

Sélection de thés


Dès le matin, une théière de thé noir très fort est préparée. Les thés noirs corsés parfumés aux agrumes sont recommandés pour cette préparation. Pour boire le thé, chacun verse du thé dans sa tasse et ajoute l’eau chaude qui s’écoule du robinet du samovar. Une cuillérée de confiture ou de sucre prise à part vient adoucir le breuvage. A l’origine, la réunion autour du thé revêtait un caractère intime et familial puis elle est devenue mondaine et sociale. Toute la littérature russe est émaillée de scènes autour du samovar.

 


Maroc : Le rite de l’hospitalité

Au Maroc et dans nombreux pays arabes, les visiteurs sont honorés avec un thé à la menthe. C’est le maître de maison qui officie : il met thé vert dans une théière en métal et ajoute des feuilles de menthe fraîches et du sucre. Une fois le thé prêt, il le verse de très haut dans des petits verres décorés posés sur un plateau en métal. 3 infusions de plus en plus sucrées sont servies avec des gâteaux. Les Touaregs disent que « le premier thé est fort comme la vie, le deuxième bon comme l’amour et le dernier doux comme la mort ».

Sélection de thés

 

Conseils d’utilisation :

  • Mettre le thé vert dans votre théière
  • Verser de l’eau chaude et videz rapidement l’eau (pour enlever l’amertume)
  • Ajouter les feuilles de menthe fraîche et du sucre
  • Verser de nouveau de l’eau chaude
  • Laisser infuser et remuer avant de servir en levant haut la théière pour faire mousser

 

 

Japon : La recherche spirituelle

L’art du thé au Japon est régit par des règles  philosophiques ce qui explique son étiquette minutieuse. Le but de ce rituel, très codifié est de se purifier en communion avec la nature. Le dépouillement étant l’expression de la beauté pour les japonais, le lieu et les accessoires utilisés sont le résultat d’un choix méticuleux et symbolique.

Le pavillon de thé construit selon des règles précises est appelé « la maison du vide ». Boire le thé n’est que le moyen de parvenir à s’extraire des vicissitudes du monde. Le temps est aboli dans cette cérémonie du thé qui peut durer quatre heures.

 

La cérémonie du thé

Les invités, jamais plus de 4, cheminent à travers la nature pour parvenir au pavillon de thé. Après s’être incliné pur passer la porte en signe d’humilité, chacun s’installe à une place convenue dans la pièce, une légère collation est offerte.

Avant de préparer le thé, l’hôte purifie en lavant ou en essuyant les accessoires : le bol (chawan), le fouet en bambou (chasen), la cuillère à thé et la boîte à thé.

Ensuite, il met trois cuillères de poudre de thé vert matcha par personne dans le bol et verse l’eau chaude puisée avec une louche de bambou. Le thé est émulsionné avec le fouet pour obtenir la « mousse de jade ».

Au moment de la dégustation, le bol est passé de main en main selon un protocole très précis pur boire le thé.

Après, les invités contemplent les objets ayant servis et devisent sur les artistes qui les ont exécutés.

Sélection de thés

 

Conseils d’utilisation :

  • Déposer un peu de thé matcha dans le bol
  • Ajouter de l’eau chaude (l’équivalent d’une tasse)
  • A l’aide du fouet à matcha (chasen), battre doucement jusqu’à obtention d’une mousse


 

Angleterre : La tradition du five o’clock

En Angleterre, le breakfast est accompagné de thé noir ou aromatisé à la bergamote. Il est pris avec du lait de la crème ou du citron et du sucre. Dans les années 1840, la Duchesse de Bedford prit l’habitude de recevoir à seize heures pour l’afternoon tea.

 

Le thé à l’anglaise

Cette mode se répandit rapidement dans toutes les classes de la société et petit à petit s’élabora les règles du rituel. Les différents accessoires : argenterie et porcelaine ainsi que les aliments (sandwiches et gâteaux) servis à cette occasion se sont institutionnalisées  et le « tea time » devint l’emblème du savoir-vivre, bien au-delà des frontières du royaume. Maîtriser le service du thé révèle du raffinement et du bon goût.

Le five o’clock est un moment indispensable pour les Britanniques. La préparation du thé est en elle-même simple : ébouillanter la théière, verser de l’eau chaude et attendre environ 5 minutes d’infusion. Chacun l’agrémente à sa façon. 

Dès le 18ème siècle, les Anglais ont investi leurs colonies de l’époque, l’Inde et Ceylan pour y planter du thé. Affranchis du royaume, les indiens, grands consommateurs d’épices, ont su apporter le thé à leur coutume : le Tchaï indien (thé bouilli avec du lait), thé à la cardamome, thé à la rose.

Sélection de thés

 

Conseils d’utilisation :

  • Verser de l’eau chaude dans la théière pour la faire chauffer
  • Vider la théière
  • Mettre le thé (1 cuillère par personne plus une pour la théière)
  • Verser l’eau et attendre le temps d’infusion préconisé.