Logo AB Bio

Le monde du thé

 

Un produit tendance

Depuis quelques années, les ouvrages, les cosmétiques, les encens et la gastronomie s’intéressent au thé. Même la haute couture s’y met, le mêlant à ses concepts et à ses shows. (thé kyoto)Cette tendance s’explique par la montée en puissance depuis quelques années de la vague médecines douces – produits santé – bien être, diététique, exotisme et relaxation : le thé est à la mode. Il est porteur de valeurs et s’inscrit dans cette tendance de fond.

Mais le thé n’est pas seulement un phénomène de mode. Il s’agit bel et bien d’un courant de consommation qui ne peut que s’amplifier compte tenu de la modeste place occupée par le thé jusqu’à présent.

 

Un marché en pleine croissance

Le thé vert est moteur de croissance de la consommation du thé qui augmente de 10 à 12 % selon les segments, contre 1,5 % pour le café sur une même année (source : Ministère de l’agriculture). On constate ces mêmes tendances dans la vente en hyper et supermarchés où les cafés torréfiés affichent des scores en baisse.

La vente de thé se partage entre plusieurs circuits de distribution : La vente en grandes surfaces a tendance à stagner depuis quelques années, au profit des commerces spécialisés et des salons de thé, notamment des points de vente bio.

 

 

Quels consommateurs ?

Quel thé boivent les Français ? Le thé noir représente 80 % des achats mais depuis 1996 la consommation de thé vert augmente et représente actuellement 15 % des achats. Le marché du thé glacé est aussi en forte progression. Les français consomment 10 fois plus de thé glacé qu’il y a dix ans.

 

Qui boit du thé ?

  • 58 % des français boivent du thé.
  • 62 % sont des femmes contre 38 % d’hommes.

La clientèle rajeunit et le thé élargit sa base de consommation avec la modernisation de l’image du thé. 

 

Habitudes de consommation

  • 40 % des consommateurs apprécient le thé au petit déjeuner
  • 60 % l’après-midi
  • 30 % le soir
  • 61 % des consommateurs de thé sont des consommateurs réguliers,

La consommation est inégale selon les régions (dans le nord et l’est on boit plus de café). La consommation est plutôt réservée aux CSP élevées et aux urbains.